« Fast-therapy » ou thérapie brève ?

La mode est au tout, tout de suite.
Alors, concernant mon problème… je voudrais une guérison XL (pour extra-luminique, soit plus rapide que la vitesse de la lumière), un maxi Coca®, une grande frite et un milkshake chocolat-ketchup. Merci.

Nouveau ! La Flash-Therapy qui vous guérit plus vite que votre ombre.

Fast-Therapie®, la thérapie qui vous sauve plus vite que son ombre ?
Essayez la Fast-Therapie® ou Flash-Therapy™, cool et speed à la fois !

Certes, la connaissance de ce qui fait de nous des humains, de notre fonctionnement, de notre part inconsciente a progressé. De fait, il est possible de se soigner de façon plus efficace et plus rapidement qu’avant.
Mais, l’humain reste complexe, délicat, sensible. Concernant cet avant, on se souvient des psychanalyses traditionnelles qui exigeaient des séances (bi- ou tri-) hebdomadaires durant des années, parfois par dizaines.

Même avec la thérapie dite « brève », qui vise un objectif précis plutôt qu’une connaissance globale de son fonctionnement psychique, il est rare de voir une amélioration sérieuse et stable avant dix à vingt séances, réparties sur trois mois à un an.

Une thérapie n’est pas « à la carte »

Vous ne choisissez pas avec quelle technique ou procédure le thérapeute va vous guérir. L’hypnose, par exemple, reste un moyen qui peut être pertinent ou pas.
D’une part, la guérison vient de la thérapie et de vous-même, pas du thérapeute ou de la technique.
D’autre part, il n’y a pas de « carte », juste un « plat du jour ». Et ce plat du jour, c’est vous, votre état d’ici et maintenant, ce qui vous y a amené et ce qu’il est possible pour vous d’accomplir aujourd’hui pour y remédier. Point.

 

L’hypnose, pourquoi pas ?

L’hypnose peut aider dans TOUTES les thérapies.

Néanmoins, l’efficacité provient de la thérapie elle-même.

L’hypnose est un outil parmi d’autres à associer dans une démarche globale.

Un thérapeute, quel que soit le motif de consultation, soigne la personne et ne focalise pas l’attention sur le symptôme exclusivement. Le symptôme est un signal, un indicateur qui aiguille sur sa cause.

 

L’hypnose, une technique
plutôt qu’une méthode

Certaines personnes, justement curieuses, demandent si l’hypnose serait LA bonne méthode. Entendant « méthode », la tendance est de comprendre que tout est dedans, que c’est un ensemble complet à prendre en bloc.

L’hypnose permet surtout d’accéder plus aisément à l’inconscient. Or, l’inconscient sait souvent mieux que personne pourquoi et pour quoi il a décidé tel ou tel fonctionnement de notre corps (maladie, symptôme physique ou physiologique) ou dans notre comportement (TOC, addiction, phobie, évitement, hyper-sensibilité, réaction incontrôlée)…

Reste à savoir ce que l’on y cherche.

L’hypnose n’est, pas plus que d’autres techniques et innombrables « méthodes », une panacée qui garantit un résultat.

C’est de vous qu’il s’agit dans votre thérapie, non d’une technique ou d’un symptôme.
Il n’y a pas un symptôme ou un « problème » face à une méthode – l’hypnothérapie, par exemple.

Ce qui est intéressant et qui sera efficace en thérapie – avec ou sans hypnose – c’est VOUS.

 

Quitte à choisir une thérapie…

… choisissez plutôt un(e) thérapeute. Et tenez-vous-y !
Ce n’est pas parce que vous avez ou aurez essayé quatre, cinq, six (ou plus ou moins) méthodes ou spécialistes, qu’il ne faut pas continuer. À condition de vous investir réellement dans la démarche que vous aurez choisie et qui ne doit pas rester au stade d’un « essai ».

 

Étiquettes : ,

Les commentaires sont fermés.