Comment se fait-il que malgré notre statut d’adulte responsable, intelligent et autonome, nous ne parvenons pas à résoudre un petit problème ?

On peut l’ignorer – ça n’est rien –, le relativiser – il y a plus important… –, le mépriser – même pas mal ! – et trouver quantité de comportements très astucieux pour minimiser l’inconfort généré par ce « petit problème » sans solution.

Il s’agit pourtant d’un petit quelque chose qui nous gâche le plaisir, voire d’un grand n’importe quoi qui nous « pourrit » l’existence.

Comment ?!…
Avec ma situation, mes diplômes, mes responsabilité, mon QI, ma réussite professionnelle, mon classement au championnat de ceci, ma décoration de cela, je n’arrive pas à trouver comment me sortir de ce problème ?!

Intolérable, oui.

 

Et si, l’on changeait de point de vue ?

À la place de l’adulte sérieux et « compétent » que l’on s’est efforcé de devenir, on laisserait, un instant, les commandes à l’enfant que l’on a été ou que l’on aurait pu être. L’enfant qui cherche surtout à s’amuser, certes. L’enfant qui apprend en s’amusant, qui apprend parce qu’il s’amuse, parce qu’il ne suit pas les règles, parce qu’il invente et rigole, fait comme si, imagine et (re)crée le monde ?…
Pour une fois, écoutons le bon sens de l’adulte conscient : si ça ne marche pas sur le mode « sérieux », qu’est-ce que je risque à tenter l’autre mode ?

Aventurons-nous sur la terra incognita de la créativité et prenons le risque de tomber sur l’Eldorado, ailleurs que sur nos terres civilisées.
Nous sommes, au fond, des « rigolos », des enfants qui avons besoin de « jouer » pour trouver et d’inventer pour se découvrir.

Un « rigolo » est la désignation dont les gens « sérieux » – coincés, pourrait dire le rigolo – affublent celui qui ne pense ou n’agit pas comme eux, « sérieusement ».

Et si être adulte complétement, c’était aussi pouvoir retrouver l’enfant en soi ?

 

Quel irresponsable a laissé s’exprimer ce rigolo ?!

Le bon sens est souvent ce qui manque le plus aux adultes responsables. Comme nous le fait comprendre simplement et de façon si (faussement) ingénue, François Morel, philosophe bien connu le vendredi matin sur les ondes publiques :

 


Spécialistes vs rigolos par franceinter

Étiquettes : ,

Les commentaires sont fermés.