Je vais mal,
lorsque je suis une route qui n’est pas pour moi

Je suis malade d’un déni de ma vérité – je me suis dévoyé par rapport à ce qui est bon pour moi et un symptôme (psychique, physique ou comportemental) me le signale.

Pourquoi voudrait-on que je recherche la réponse chez un docteur ? « Docteur », ici, au sens originel de « celui qui détient l’orthodoxie quant à la doctrine » ; docteurs de la loi, interprètes officiels faisant autorité dans un savoir ou un enseignement, selon le dictionnaire.

Aussi juste et précise soit-elle, la réponse d’un tel docteur, d’un spécialiste est d’abord une réponse pour ce spécialiste.
La vérité est en moi, car c’est chez moi que se manifeste le dés-accord.

LA VERITE, anagramme de RELATIVE

A chacun(e) sa vérité ?

L’autre saurait mieux que moi ce qui m’arrive,
ce qui serait bon pour moi ?

Confier à l’autre, l’extérieur, de me dire la vérité sur moi-même, c’est se plier à un dogme. C’est anti-thérapeutique.
Se borner à qualifier de « schizophrène » une personne souffrant de schizophrénie ne l’a jamais guérie de son mal. Il s’agit d’étiquetage, pas de soin. À noter que Jacques Lacan se qualifiait lui-même, comme chacun de ses coreligionnaires psychanalystes, d’âne à liste !
Un (bon) diagnostic, s’il est nécessaire, n’est pas suffisant.

Attention cependant au pouvoir du sachant. Son verdict, son diagnostic peut avoir un effet sur le consultant. Celui-qui-sait me dit que j’ai un cancer et je me vois, je me sens déjà mort. S’il me dit que ce n’est pas grave, je vais déjà mieux.

 

Cher psychothérapeute,
débarrassez-moi de ce qui gâche ma vie !

Si je souffre d’un mal sans symptôme corporel, parce que je suis mal dans ma tête, dans ma vie, dans mon humeur etc., le spécialiste désigné est habituellement un « psy ».

Or, souvent, le motif de consultation se cantonne à demander à ce « psy » de s’attaquer à ce qui, dans ma tête, ne me convient pas, à ce qui ne me paraît pas conforme.

Cela revient à vouloir supprimer l’expression de ce qui se passe en moi.
Débarrassez-moi de ce qui me gâche la vie, je ne veux plus avoir ça !
Sous-entendu : ce qui m‘arrive, c’est votre problème… car vous êtes le spécialiste.

Une telle demande implicite d’aliénation peut-elle être recevable ?
Je ne m’appartiens pas.
Mon corps, ma santé, mes choix de vie appartiennent à l’autre, le médecin, le thérapeute… le spécialiste.
Ce qui fait que je suis « moi », je l’abdique à cet autre que je sacre « spécialiste » de moi-même.

 

La thérapie n’est pas un médicament

Un médicament, un cachet – pour cacher ? – agissant sur le symptôme, soulage, voire satisfait le patient qui croit pouvoir retourner chez lui débarrassé de ce qui le dérangeait (le signal)… jusqu’à une prochaine éventuelle manifestation de ce que le mal a à dire.

 

Bien sûr, un médicament pris en connaissance de causes – de causes… et d’effets, notamment « effets secondaires » – est indiqué. Il est souhaitable pour rendre la personne apte, premièrement, à reprendre le cours de son existence et, deuxièmement, à rechercher la cause de son mal afin d’en guérir. Dans un monde où rapidité, performance et apparence font lois, l’on se contente du « premièrement ». On verra bien. L’important est de ne plus y penser, faire comme si de rien n’était.

 

Un parapluie, s’il fait un bon abri, fait un mauvais toit. Une médication judicieuse aide souvent, sauve parfois. Mais qu’en est-il de la guérison ?

Qui envisagerait guérir d’une fracture en se limitant à la prise d’un anesthésique ou d’analgésiques (ou d’une séance d’hypnose pour ne plus sentir la douleur) ?

 

Confondre le signal (le symptôme) avec sa raison d’être (la cause), c’est remettre au lendemain ce qu’on aurait dû faire la veille, avant que le malaise n’oblige à s’intéresser à soi, avec honnêteté, lucidité et courage.

 

La thérapie se fait en soi

La thérapie est quelque chose qui se passe dans la personne.
Le thérapeute est un accompagnant, un guide.
Comme un guide de montagne qui connaît bien sa montagne mais qui ignore a priori tout de votre montagne, c’est-à-dire de la façon dont vous la vivez, de ce qu’elle représente pour vous. Il sait comment faire pour s’y aventurer en sécurité, mais ne sait rien de ce que vous y découvrirez, sur elle, sur vous, ni quelle sera votre impression, une fois arrivé(e) jusqu’où vous êtes prêt(e) à la gravir.

Un thérapeute vous équipe et vous conseille pour partir à la découverte de vous-même. Parce qu’entendre racontée l’aventure par un autre ne pourra jamais remplacer l’expérience de la vôtre.

 

Étiquettes : , , ,

Les commentaires sont fermés.